Une étude du monde réel compare le dabigatran à la warfarine

Le risque d’hémorragie chez les patients âgés atteints de fibrillation auriculaire est significativement plus faible avec le dabigatran qu’avec la warfarine, selon une étude réalisée en Nouvelle-Zélande.

Des chercheurs de l’Université d’Otago ont examiné près de 5000 patients atteints de FA sur dabigatran et une cohorte de même taille sur la warfarine antidote.

Ils ont trouvé une incidence annuelle pour toute hémorragie de 5,1% avec le dabigatran et de 11,8% avec la warfarine.

Le taux d’incidence de l’hémorragie intracérébrale (ICH) était également significativement plus faible chez les utilisateurs de dabigatran (0,18%) que chez les patients traités par la warfarine (0,53%).

Les chercheurs ont également trouvé aucune augmentation du saignement gastro-intestinal avec le dabigatran, contrairement à plusieurs études observationnelles antérieures.

La mortalité globale au cours de la période d’étude était inférieure de 28% chez les patients sous dabigatran par rapport à la warfarine.

L’un des cinq ICH était mortel chez les utilisateurs de dabigatran, comparativement à six des 13 ICH du groupe warfarine.

Les facteurs de risque d’hémorragie dans les deux groupes comprenaient l’âge extrême (plus de 85 ans), l’insuffisance cardiaque ou hépatique, la maladie vasculaire ou pulmonaire périphérique et le cancer.