Décès dus à l’abus de substances volatiles automne

Les nouveaux chiffres publiés par l’école de médecine de l’Hôpital St George montrent le plus faible nombre de décès associés à l’abus de substances volatiles depuis 1983.Le rapport compilé pour le ministère de la Santé, montre qu’au Royaume-Uni, 64 décès étaient associés à l’abus de substances volatiles en 2000, contre 75 en 1999. Plus de la moitié des décès étaient associés aux carburants, principalement des recharges au butane. les décès ont été attribués principalement à la première année complète de législation interdisant la vente de briquets au butane aux mineurs, ainsi qu’à la poursuite de l’éducation sanitaire et sociale dans les écoles. En 2000, le nombre de décès associés à un carburant plus léger a diminué de 55% parmi les personnes de moins de 18 ans, par rapport à la moyenne des sept années précédentes arythmie. L’âge moyen au décès a augmenté au cours de la dernière décennie, mais plus d’un quart des décès dus à l’abus de substances volatiles en 2000 étaient des mineurs. Les hommes et les garçons étaient également plus susceptibles de mourir que les femmes et les filles, et les décès étaient les plus élevés en Irlande du Nord, en Écosse et dans le nord-est de l’Angleterre. Le nombre de décès dus au carburant gazeux est resté statique. En raison de l’abandon des chlorofluorocarbones dans les produits à base de solvants, aucun décès associé à des sprays anti-douleur ou à un fluide correcteur de machine à écrire n’est survenu depuis 1994. Deux tiers des adultes décédés utilisaient les solvants chez eux. Les hommes et les garçons étaient plus susceptibles de mourir à la suite d’une mauvaise utilisation dans un lieu public ou au travail. Les enfants étaient presque aussi susceptibles d’abuser dans un lieu public que chez eux ou dans la maison d’un ami. Le rapport, Trends in Deaths Associated with Abuse of Volatile Substances 1971-2000, se trouve à l’adresse http: //www.vsareport.orgwww .vsareport.org