Les relations médecin-manager peuvent être améliorées

Pour combler le fossé entre médecins et managers et entamer un débat sur le sujet, le BMJ publie cette semaine une série de solutions potentielles pour les relations problématiques entre médecins et managers. Nash (p   652) propose un plan en sept points, qui comprend une éducation interdisciplinaire pour les médecins et les gestionnaires et le développement d’un programme de recherche en gestion pour mieux coordonner les soins. Il encourage également les écoles de médecine à rechercher un soutien philanthropique multisectoriel galactorrhée. Malcolm et ses collègues (p   653) partagent l’expérience néo-zélandaise de la réforme du système de santé, qui a tenté de promouvoir un nouveau modèle de leadership clinique et d’autonomie. À l’aide de l’étude de cas de Kaiser Permanente, Crosson (p. 654) illustre un partenariat fructueux entre la médecine et la gestion grâce à un leadership conjoint et à l’harmonisation de la mission et de la stratégie. Atun (p   655) met l’accent sur la nécessité d’une formation en gestion dans les écoles de médecine et décrit les 10 rôles du gestionnaire qui peuvent aider les médecins et les gestionnaires à parler la même langue. La prise de décision multidisciplinaire est à la base de la proposition de Thomas de renforcer les réseaux cliniques, ce qui, selon elle, aboutirait à de meilleurs résultats pour les patients et à de meilleures relations médecin-manager (p   655). EPA / PA